Désir de Grossesse, de maternité, d’enfant

Désir de Grossesse

Pour Winnicott, le vagin est actif, il y a excitation lié à la nourriture et à l’analité. Winnicott part du jeu des petites filles qui font comme la mère et qui joue à faire des secrets.  Jeu de la petite fille qui deviendra mère si elle est capable de garder un secret. Tout comme le garçon deviendra père s’il est capable d’ enfoncer des trains dans des tunnels…

Désir d’enfant = désir de la mise au secret ( CF chez Freud du Dora et de sa boite à bijou)

4 – le désir d’enfant = issu même de l’amour de l’amante

                1 – Janine Schasseguet Smirgel 1964  «  sur la sexualité féminine »

Torok est aussi dans ce courant là

L’idée est que le désir d’enfant est la conséquence même de l’amour de l’amante

Si elle est femme, si elle garde le pénis, c’est pour en être fécondée. C’est une position féminine

C’est le 1er livre sur la sexualité féminine

Pour elle, la sexualité féminine ne peut se coller à celle des home comme le fait Freud

Dans le désir de la femme, il y a celui d’être fécondée

Pour elle, Freud s’est défendu de cette connaissance du vagin. Narcissiquement avoir un premier enfant, c’est avoir un enfant du père, selon Freud. Mais il n’y aurait pas que cela, selon Janine. Freud lors de l’analyse de sa fille Anna s’est défendu de cette connaissance précoce du vagin chez la fillette. Cette analyse de sa fille a eu un impact sur sa théorie et son évolution et en fait il a opérer un retour en arrière

2 Faure Pragier

Contemporaine

Elle fait suite à Schasseguet Smirgel

Pour elle le féminin ne doit pas s’appuyer sur le maternel mais cela doit s’intriquer, s’articuler. Articulation entre le féminin et le maternel

Pour elle, ‘l’amoureuse demande à son compagnon «  faut moi un enfant » donc intrication du maternel et du féminin

Il y a réintroduction du conjoint et une place fait à l’amante dans le désir d’enfant

I y a pour elle la femme du jour ( la mère) et la femme de la nuit (l’amante) Pour elle ceci n’est pas clivé

C’est une position important pour les enfant et qui les soutient dans leur construction. Il y a certains trouble du sommeil qui serait lié à ceci ) l’enfant ne souhaite pas laisser ses parents seuls la nuit…

                3 – Guignard

Pour elle, il y a clivage entre le maternel et le féminin

Il y a différenciation de l’utérus et du vagin

Par exemple, pour certains femmes, l’enfant ne passe pas où il y a sexualité ( des femmes qui demande une césarienne et qui refuse d’accoucher par voie basse). Donc il y a aurait là clivage entre le féminin et la maternelle prou certaines femmes. Pour d’autres auteurs, ce n’est pas clivé mais c’est une articulation qui est complexe à se mettre en place

5 – Désir de Grossesse, de maternité, d’enfant

avec en clinique des femmes qui voudrait avoir un enfant sans être enceinte, ou d’autres qui ne veulent pas d’enfant mais qui aime être enceinte et se sentir pleine…

Donc l’intrication de ses 3 notions est essentiel

                1 _ Bidlovisck Cf La dette de vie

Désirer un enfant

–          c’est présenter par la femme dans une conscience de se perpétuer prou dépasser sont propre destin

Clinique= aujourd’hui, on programme, délibérément et on anticipe la venue d’une enfant dans ce désir de se perpétuer

Les notions d’infertilité dans la société actuelle où les femmes ont programmé un enfant, on droit de programmer un enfant. Il y a chute quand cela ne marche pas. Il y a un désir de maîtrise de la reproduction or il y a des choses qui échappent

–          Plus inconsciemment, ce qui est désiré est en lien avec un désir d’enfance, avec des désirs infantiles inconscients. Donc ce serait la réalisation de désirs infantiles

–          pendant la grossesse, il y a intrication de l’archaïque maternelle et de l’œdipe. Donc il y a un jeu, une articulation entre le narcissique et l’œdipien

Il y a un jeu aussi entre œdipe ( versant du désir d’enfant ) et du pré œdipien = en enfantant, une femme touche sa propre mère qu’elle devient et dont elle se différence

Donc dans sa relation à sa propre mère, la femme se confronte à sa filiation maternelle

                2 – Piera Aulgnier

                3 _ Michel Soulé 83 Définition du désir de grossesse

–          Désir où l’enfant en tant qu’être différent figuré et distinct ne tient pas de place ( il n’y a pas d’enfant)

–          C’est le souhait de vérifier le bon fonctionnement de l’appareil génital et de l’intégralité corporelle

–          La femme veut être sûre que rien n’est venu entraver ses possibilités d’avoir un enfant

–          Elle vérifie la complétude narcissique ( cela renvoie à un déni de castration du féminin)

Ex clinique = les femmes qui font des IVG car elle cherche à être enceinte pour voir si tout marche puis elle avorte. Avec cette décision arrive la culpabilité

Est ce que cela va marcher après pour un autre enfant ?

Est ce que je vais être punie ?

Il y a aussi des IVG juste avant la ménopause où la femme peut mettre à l’épreuve sa fécondité