L’interprétation des performances aux tests psychologiques

L’interprétation des performances

Les tests psychologiques n’ont pas de critères prédéterminés d’échec ou de réussite. Les performances relatives à la réussite ou à l’échec vont être établies sur la base de données empiriques. Une norme est une performance normale ou moyenne d’un groupe de sujets devant être représentatif de la population. Cette performance est connue sous le nom de score brut.

L’établissement de normes

Score brut :    Nombre d’items correctement accomplis

Temps requis pour compléter la tâche

Nombre d’erreurs

Toute autre mesure objective appropriée au contenu du test

Les normes donnent la performance moyenne, des fréquences relatives (au-dessus et au-dessous de la moyenne), des niveaux différents de réussite et d’échecs : il existe plusieurs possibilités de normes.

Les normes des tests de personnalité ne sont pas nécessairement des scores désirables ou idéaux. La norme ne correspond pas à une performance parfaite, sans erreurs. Elle ne correspond pas à une personne typique où la moyenne d’une personne.

Mesure objective de la difficulté

L’administration de test, l’établissement de la note et l’interprétation sont objectifs pour autant qu’ils sont indépendants de la subjectivité d’un administrateur. Une parfaite objectivité n’est pas atteinte mais, le but du construct du test est de tendre de plus en plus vers cette objectivité et atteindre un objectif raisonnable.

 L’erreur de mesure

Une des façons d’obtenir une haute objectivité est la technique de détermination des degrés de difficulté.

Technique de Binet – Simon (1905) :         30 items rangés en niveaux de difficultés

Echantillon de 50 enfants dits “normaux” et de quelques enfants “mentalement retardés”.

Ils ont ordonné leurs items en fonction de degré de réussite du groupe d’enfants : un ordre empirique de difficulté a été établi.

La fidélité

Il faut savoir si un test est bon ou pas.

La seule façon de le savoir c’est de répondre de manière pertinente par un jugement empirique. L’évaluation objective d’un test psychologique implique la détermination de la fidélité et de la validité de ce test dans des conditions précises. En psychométrie, le terme de fidélité signifie toujours la même consistance de la mesure, c’est-à-dire que c’est la consistance avec laquelle les scores obtenus par les mêmes personnes quand le même test est administré plusieurs fois. C’est la consistance des scores par une parallèle ou équivalente d’un test.

A partir d’un constat de différences entre deux passations, je ne peux pas conclure que ma performance à un sens métrique ou psychologique.

Il existe différents types de fidélités et différentes méthodes pour l’estimer. Ils peuvent être contrôlés :   – En comparant les scores d’un même groupe de système.

– A différents moments, il faut qu’il y ait une corrélation entre les scores

– Répondant à différents ensembles d’items jugés équivalents

– Evalués par différents administrateurs.

La validité

C’est une qualité indispensable à un test.

Validité : Degré avec lequel le test mesure actuellement ce qu’il est supposé ou sensé mesurer.

Comment être sûr que le test mesure bien ce qu’on veut mesurer ? (Surtout que c’est un construct psychologique).

La validité fournit un jugement direct de la façon dont un test rempli sa fonction. Déterminer la validité requiert un critère externe à ce test, de ce que le test mesure.

Procédure de validation :     – Le test est appliqué à une grande population

– On utilise différents critères : mesures composites.

Mesures composites :            Critère externe.

Si les mesures composites correspondent aux résultats du test, alors le test est valide. Si la corrélation est élevée, alors la validité est bonne et le coefficient de validité est élevé. Si la corrélation est faible, alors la validité est faible et le coefficient de validité est bas (mauvaises prédictions).

Coefficient de validité : Il permet de déterminer l’ampleur avec laquelle la performance aux critères aurait été prédite à partir des scores du test.

La difficulté est de trouver un critère externe indépendant du test.

Il faut distinguer la procédure de validation d’un test sur un groupe particulier de sujets et les objectifs ultérieurs opérationnels pratiques pour les groupes sur lesquels le test sera administré.

Plus un test est valide, plus il a de chance d’être fidèle et plus l’erreur de diagnostic ou de prédiction sera faible.