Repères historiques de la psychologie du développement

la psychologie du développement

En général, les discours sur l’enfance sont les reflets de l’époque donc beaucoup de changements. Lorsque la Science est arrivée les discours sont devenus plus scientifiques à propos de l’enfant.

Chaque époque il y a des marginaux et ces optiques particulières prennent plus d’ampleur.

.L’antiquité : le statut de l’enfant était différent de maintenant. Les enfants mal formés, handicapés étaient tués.

Aristote : précepteur d’Alexandre le grand, il a manifesté le soucis d’éduquer les enfants (les critères pour éduquer) qui prendront une ampleur.

.La renaissance : c’est une période où les discours sur l’enfant sont relatifs à l’éducation. sur les manières normales d’éduquer les enfants : ce sont les discours prescriptifs.

Erasme (1469-1536) dit « on ne naît pas homme, on le devient », grâce à l’éducation donc à la raison. Il soulignait la progression de la pédagogie. Il y a un intérêt de la formation par les jeux comme en maternelle.

Rabelais et Montaigne font des discours prescriptifs. Souvent on pense que la psychologie de l’enfant sert comment éduquer l’enfant mais c’est faux. Les choix éducatifs sont d’ordre moral, religieux etc… mais pas psychologique.

.XVII et XVIIIe s : Locke (1632-1704) anglais qui est le fondateur de l’empirisme marque son époque et la psycho du développement. Son opinion est qu’au départ les personnes n’ont rien dans la tête et que tout ce qu’il y a dans le cerveau cela est apporté par l’expérience sensorielle : c’est l’empirisme.

JJ Rousseau français (1712-1778) philosophe ; son principe éducatif dont la différence avec la psycho du dvlpt : qui s’appuie sur une représentation de l ‘enfant qui est différent de l’adulte. Parmi les stades de l’enfant (5 à12ans) c’est le stade « sauvage » de l’enfant. pour Rousseau l’enfant est naturellement bon et c’est la Société qui le pervertie.

.XIXe s :c’est l’époque des monographies qui est une description d’un enfant en particulier. Avec Darwin (1809-1882) et Preyer (1841-1897).

Heroard qui est le précepteur de Louis XIII fait en même tant que son éducation, une description de l’enfant.

.XXe s : on voit ce qui se passe : c’est la généralisation et la mesure.

Le premier test psychologique en 1905 avec le test de Binet-Simon. A cause du Ferry et son obligation d’aller à l’école et on observe que des enfants ont plus de difficultés que d’autres à suivre les cours. Repérer les enfants en difficultés.

Stanley Hall (1844-1924) est connu pour avoir travailler sur l’adolescence.

.1955 : rationaliser les connaissances, on a mesuré, les connaissances sont plus descriptives. En terme de stade et de mécanisme : c’est la théorisation.

Piaget et Wallon : discussion qui se base sur les recherches de Baldwin.

Baldwin : auteur important, distingue les habitudes : l’enfant a tendance à répéter les habitudes. Les accommodations de l’enfant (enfant qui doit s’adapter à la situation présente).

Cela valorise la notion au sens où l’enfant influence les adulte et vice versa.

Erikson : auteur qui a utilisé les conceptions Freudiennes.

Cette année est un point historique en terme de système de stade (apogée). C’est l ‘année du symposium qui est une réunion dans le cas des thèmes de la psychologie.

On retient 2 points :

.les rapports des stades d’ensemble (qui concerne l’ensemble des activités de l’enfant par rapport aux autres années). Les fonctions réelles et individuelles de l’enfant. Piaget parle en terme de grand stade d’ensemble (structure).

Hunter analyse comment l’enfant se comporte.

.l’insistance sur les déterminants sociaux de développement, on parle de la socialisation de l’enfant.

Vygotsky russe qui définit la zone proximale de développement (ZPD). En évoluant les compétences des enfants et qui manifestent plus de résultats avec le soutien d’un expert (adulte, grand frère etc…) et ceux qui s’entraident réussissent mieux.

Il y a une différence entre ce qu’on sait faire seul et ce que l’on peut faire avec l’aide de quelqu’un et cette différence c’est la ZPD.