Comment choisir un psychologue ?

Tout le monde passe par des phases de la vie où la conversation avec le miroir n’est plus aussi efficace, l’opinion des amis n’apporte plus de réconfort, les doutes sur les chemins à suivre se font de plus en plus nombreux et angoissent les jours comme s’il n’y avait aucune possibilité d’être heureux. C’est une période où vous avez besoin de plus que de conseils de la part de ceux qui vous aiment. Vous avez besoin d’un professionnel qui a un regard extérieur sur la situation, qui attire votre attention sur certains points, qui vous aide à voir de nouvelles options. Il est temps de demander l’aide d’un psychologue. Mais comment trouver le bon professionnel ? Si vous savez déjà comment fonctionne un rendez-vous avec un psychologue, alors la moitié du chemin a déjà été parcourue. Certaines personnes finissent par laisser de côté les traitements et par renoncer à une aide qui pourrait être extrêmement bénéfique dans leur vie, simplement parce qu’elles ont vécu une expérience thérapeutique qui n’a pas répondu à leurs attentes. Oui, cela arrive et c’est pourquoi il est si important de savoir comment choisir le psychologue et ce que fait un psychologue.

Essayez de connaître les différentes lignes thérapeutiques

Comme tout le monde dans la vie, le psychologue choisit aussi des lignes thérapeutiques pour suivre cette approche ; sa façon de penser et de comprendre le monde, sans renoncer, bien sûr, au professionnalisme lié à la psychothérapie. Un bon conseil est de connaître un peu ces lignes afin d’essayer de comprendre avec lesquelles vous vous identifiez le plus. Bien sûr, l’idée n’est pas que vous deveniez un expert, mais certaines personnes s’identifient davantage à la Psychanalyse. La non-acceptation des événements vécus serait à l’origine de problèmes psychologiques. La thérapie recherche l’équilibre émotionnel par une posture de neutralité à tout ce que le patient dit, spontanément, avec des interventions ponctuelles du thérapeute. Il se peut également que la ligne la plus appropriée soit la thérapie cognitive, qui fonctionne sur l’hypothèse que ce n’est pas la situation qui détermine le comportement et l’action, mais plutôt son interprétation concernant chaque événement. L’idée est de réadapter les émotions en corrigeant ces pensées automatiques. Ou peut-être que les thérapies corporelles sont les plus appropriées. L’une d’entre elles est la bioénergétique, qui cherche à libérer le corps des tensions musculaires chroniques, axée principalement sur le domaine des relations affectives et sociales, mais il en existe plusieurs autres qui peuvent correspondre à votre cas.

Connaître le profil du professionnel

L’étape suivante consiste à trouver le meilleur psychologue pour vous et à connaître un peu votre profil professionnel. Recherchez des références, des travaux réalisés ou le profil lui-même sur le site ou le blog de la clinique où vous travaillez. On y trouve généralement des informations éclairantes sur ses domaines d’expertise, son parcours universitaire, sa posture, les services qu’il fournit, la valeur des consultations et son expérience professionnelle. Un autre conseil important est de parler au préposé lorsque vous appelez pour fixer la date de l’entretien initial. En général, ce sont aussi des psychologues ou des professionnels qualifiés qui vous fournissent des informations pour vous aider à faire le meilleur choix. Ils s’occupent à la fois de patients ayant des problèmes divers et de thérapeutes, et ils connaissent bien la ligne de l’autre, ce qui leur permet de bien le guider.

Éliminez tous vos doutes lors de l’entretien initial

N’ayez pas peur de poser des questions lors de votre premier entretien, il existe précisément pour qu’un alignement des attentes puisse être fait. Dites ce que vous attendez de la thérapie, demandez quels sont les outils sur lesquels vous pouvez compter tout au long de votre traitement, ce que vous attendez qu’il change et combien de temps il prendra – cela vous aidera à réaliser si vos objectifs sont réalistes ou non. Le meilleur psychologue sera celui qui inspire le plus confiance, qui vous sortira des moments de crise et vous montrera de nouvelles voies et possibilités de vie. En faisant le bon choix, vous verrez qu’il s’agit d’un partenariat qui en vaut la peine.

Quel est l’objectif d’un psychologue?

Il y a autant de raisons de consulter un psychologue qu’il y a d’individus. Mais l’objectif de la thérapie, peu importe la raison de la consultation, est de vous aider à apprendre à gérer vous-même votre souffrance. Vous pourriez notamment vouloir consulter parce que vous n’arrivez plus à communiquer avec votre conjoint, parce que vous avez une phobie, parce que vous vivez un deuil ou encore parce que vous éprouvez des difficultés au travail,. Si vous décidez de consulter, vous devez toutefois savoir une chose importante. Aucun psychologue ne peut vous garantir un résultat ni la durée de votre thérapie. Ces deux éléments sont en grande partie liés à votre engagement, à votre motivation et à la nature de votre trouble.

Comment choisir un psychologue?

D’abord, il faut vous assurer que le psychologue que vous vous apprêtez à consulter est compétent et qu’il possède le bagage théorique et pratique nécessaire pour vous aider. Si, au cours des premières séances, vous n’avez pas l’impression de progresser grâce à son aide, pensez à changer. Le fait qu’il ait une bonne écoute n’est pas suffisant pour un thérapeute. Vos amis peuvent être d’une bonne oreille, mais votre psychologue doit vous faire avancer. Avant de prévoir votre première rencontre, discutez avec les professionnels choisis, exposez-leur brièvement votre problème et tentez de connaître leur manière de travailler. Choisissez ensuite le psychologue avec qui vous vous sentez le plus à l’aise. Si, malgré toutes ces précautions, vous ressentez un inconfort lors de vos rencontres, manifestez-le.

Le métier de psychologue du travail en établissement de santé

Le psychologue du travail est, d’abord et avant tout, un psychologue. Il a donc les mêmes missions que les thérapeutes exerçant en libéral ou dans le public : écouter et conseiller. En revanche, son champ d’action peut être plus important. Il dispose généralement d’une formation en droit du travail et endosse aussi un rôle d’organisation et de management. Au sein d’un établissement de santé, le métier de psychologue du travail s’inscrit dans le quotidien des personnels soignants. Au contact des équipes, il est à même d’échanger avec infirmiers et infirmières, aides-soignants et aides-soignantes, médecins, agents ou cadres, sur toutes les situations qui peuvent être sources de mal-être ou faire naître des troubles : risques du métier, problèmes personnels, soucis de santé, conflits internes à l’établissement, actes de violence des patients ou de leurs proches. Le métier de psychologue du travail ne se limite pas aux entretiens avec les collaborateurs : il participe également aux réunions de la hiérarchie et des représentants du personnel. En contribuant ainsi aux réflexions sur le fonctionnement de l’établissement, la qualité de l’environnement, l’organisation du travail et les manières de l’améliorer, il joue le rôle de médiateur et de conseiller.

Les bénéfices d’un psychologue du travail pour votre établissement

Le métier de psychologue du travail dans un établissement de santé soulève nombre d’interrogations, de doutes, voire de réticences. L’image du thérapeute, avec son lot d’idées reçues, tend à s’imposer dans les consciences. Pourtant, sa présence dans votre établissement peut s’avérer très précieuse à deux égards au moins. D’une part, le psychologue du travail prend en charge l’accompagnement individuel des personnels soignants. Il est à l’écoute de leurs difficultés quotidiennes et des situations indésirables susceptibles de les faire douter de la qualité de leur travail, décès des patients, fautes professionnelles, aléas thérapeutiques. Des situations qui nécessitent une prise en charge psychologique rapide et efficace. D’autre part, le psychologue joue un rôle clé dans la démarche d’amélioration de l’organisation du travail et des conditions d’exercice, notamment dans une perspective de prévention des risques psychosociaux. Sa présence permet d’atténuer l’impact des mutations que connaît l’institution hospitalière, modifiant en profondeur les attributions des personnels soignants autant que les moyens dont ils disposent pour les mettre en œuvre. Finalement, un psychologue traduit des problématiques institutionnelles en fonction de l’humain, favorisant une meilleure adéquation entre les décisions venues d’en haut et les conséquences subies en bas.