La psychologie anormale : qu’est-ce que c’est ?

La psychologie anormale est la branche de la psychologie qui étudie les types inhabituels de comportement, l’émotion et la pensée, ce qui peut ou ne peut pas être compris comme la précipitation d’un trouble mental. Bien que de nombreux comportements pourraient être considérés comme anormaux, cette branche de la psychologie traite généralement des comportements dans un contexte clinique. Il y a une longue histoire de tentatives pour comprendre et contrôler le comportement considéré comme aberrante ou déviants : statistiquement, fonctionnellement, moralement ou dans un autre sens, et il y a souvent des variations culturelles dans l’approche adoptée. Le domaine de la psychologie anormale identifie des causes multiples pour des conditions différentes, en utilisant diverses théories du domaine général de la psychologie et ailleurs, et beaucoup dépend encore de ce qu’on entend exactement par anormal. Il a toujours été un fossé entre les explications psychologiques et biologiques, ce qui reflète une philosophie dualisme en ce qui concerne le problème de l’esprit-corps. Il y a également eu des approches différentes en essayant de classer les troubles mentaux. L’anormale comprend trois catégories différentes ; ils sont sous la normale, supernormal et paranormal. Le terme psychologie anormal n’est pas largement utilisé, même dans le monde de la psychologie, et cela est peut-être dû à ses connotations possibles. Cependant, comme on le verra dans cet article, son domaine d’étude est plus que bien connu. Pour comprendre la psychologie anormale, il est essentiel de préciser ce que l’on entend par anormal. À première vue, le sens semble évident : l’anormal signifie quelque chose en dehors de la norme. La psychologie anormale se consacre à l’étude et au traitement des troubles mentaux et émotionnels qui compromettent la capacité d’une personne à être elle-même et à effectuer des actions normales au quotidien. Ces troubles peuvent être le résultat d’un traumatisme physique ou émotionnel, d’un héritage génétique ou d’une altération du cerveau lors de la production de certains produits chimiques. Ces troubles nécessitent généralement une thérapie pharmacologique ou psychothérapeutique, ou les deux. À cet égard, la psychologie anormale étudie les sujets anormaux ou atypiques par rapport au reste des membres d’un contexte social spécifique.

Qu’est-ce que la psychologie anormale ?

Le terme de psychologie anormale n’est pas le plus populaire dans le monde de la psychologie. Ce fait est peut-être dû aux connotations que pourrait avoir une telle dénomination. Cependant, comme on le voit dans cet article, son champ d’étude est plus que connu. Pour comprendre la psychologie anormale, il est d’abord essentiel de comprendre ce qu’on veut dire à travers le terme anormal. À première vue, le sens paraît évident : anormal fait référence à quelque chose qui est en-dehors de la norme. La psychologie anormale se centre sur l’étude et le traitement des troubles mentaux et émotionnels qui interfèrent avec la capacité d’une personne à se sentir elle-même et à réaliser les fonctions de la vie quotidienne. Ces troubles peuvent être le résultat d’un trauma physique ou émotionnel, d’un héritage génétique ou de déséquilibres au niveau de produits chimiques du cerveau. Les personnes qui souffrent de ces troubles ont généralement besoin de traitement avec des médicaments, de psychothérapie ou des deux. Ainsi, la psychologie anormale étudie les personnes qui sont anormales ou atypiques en comparaison avec les membres d’une société déterminée.  

Les différentes approches de la psychologie anormale

Il existe différentes approches et perspectives adoptées par la psychologie anormale. Alors que certains psychologues ou psychiatres n’en choisissent qu’un, d’autres utilisent plusieurs approches pour mieux comprendre et traiter les troubles psychologiques. On parle de l’approche psychanalytique, de l’approche comportementale, de l’approche médico-biologique et de l’approche cognitive. 

– Approche psychanalytique

L’approche psychanalytique de la psychologie anormale est ancrée dans les théories d’un psychologue. Les principaux éléments fondateurs sont donnés par la conviction d’un psycholoque que l’anormalité découle davantage de causes psychologiques que de causes physiques, que les conflits non résolus entre l’ES, l’ego et le surmoi peuvent contribuer à l’anormalité. L’approche psychanalytique suggère que de nombreux comportements anormaux proviennent de pensées, de désirs et de souvenirs inconscients. Bien que ces sentiments résident en dehors de la conscience, on pense qu’ils affectent les actions conscientes. Les professionnels qui adoptent cette approche soutiennent qu’en analysant la mémoire, le comportement, les pensées, et même les rêves, les gens peuvent découvrir et apprendre à gérer certains sentiments qui ont provoqué un comportement inapproprié et pénible. S’il est vrai que ces sentiments sont hors de la conscience, on croit tout de même qu’ils influent sur les actions conscientes. Les professionnels qui adoptent ce point de vue pensent qu’en analysant des mémoires, des comportements, des pensées, et même des rêves, les personnes peuvent découvrir et gérer certains sentiments qui les ont poussées à avoir des conduites non-adaptatives et à ressentir de l’angoisse.

– Approche comportementale

L’approche comportementale de la psychologie anormale se concentre sur les comportements observables. Les comportementalistes soutiennent que nos actions sont principalement influencées par l’expérience plutôt que par la pathologie qui se cache derrière les forces inconscientes. Par conséquent, l’anomalie est perçue comme le développement de modèles de comportement inappropriés, c’est-à-dire nuisibles pour l’individu. Cette approche met l’accent sur l’environnement et la manière dont un comportement anormal est acquis. Le behaviorisme soutient que tout comportement, y compris les comportements anormaux est le résultat d’un apprentissage et que ce qui a été appris peut également être trompeur, c’est la façon dont les comportements anormaux sont traités. La thérapie comportementale se concentre sur le renforcement des comportements positifs et l’élimination de tout élément susceptible d’encourager un comportement trompeur. Elle met donc de côté le traitement de l’information et se concentre sur les précédents : éléments stimulants ou renforçants et les conséquences : pipelines. Dans la thérapie comportementale, l’attention se centre sur le renforcement des comportements positifs. Le but est d’éliminer n’importe l’influence des comportements non-adaptatifs. Ainsi, le point de vue comportementaliste met de côté l’influence du traitement de l’information et se concentre sur les antécédents : stimulus et leurs conséquences : comportements.

– Approche médico-biologique

L’approche médicale et biologique de la psychologie anormale soutient que les troubles dépendent de causes organiques ou physiques, elle se concentre donc sur les causes biologiques possibles. Cette approche met l’accent sur la compréhension de la cause des troubles ; par conséquent, l’origine peut être génétique, physique, infectieuse ou chimique. Selon cette approche, les troubles mentaux sont liés à la structure physique et aux fonctions cérébrales. C’est pourquoi les traitements médicaux sont souvent de nature pharmacologique, bien qu’ils soient souvent appliqués en parallèle avec des approches psychothérapeutiques spécifiques.

– Approche cognitive

L’approche cognitive de la psychologie anormale se concentre sur les pensées et leur influence sur nos comportements et nos humeurs. Cette approche étudie la façon dont l’information est traitée dans le cerveau et l’impact de ce traitement sur le comportement. Les hypothèses de base sont les suivantes : l’individu est considéré comme un traitement actif de l’information. La façon dont une personne perçoit, anticipe et évalue les événements, sa construction de la réalité déterminera sa conduite. Cette approche vous rappelle également que de nombreux schémas de pensée sont activés automatiquement, sans qu’on le remarquait.

= Le comportement inadapté est causé par des cognitions défectueuses et irrationnelles

= Le comportement est la façon dont vous considérez un problème, et pas le problème en soi. C’est cela qui provoque des troubles mentaux.

= Les individus peuvent surmonter des troubles mentaux en apprenant à se servir de cognitions plus appropriées.

– L’anormalité comme comportement atypique

La psychologie anormale peut se concentrer sur le comportement atypique, mais ne vise pas à étiqueter le patient comme étant strictement normal. Dans la plupart des cas, elle vise à identifier et à traiter les problèmes qui peuvent causer de la détresse ou de l’usure dans certains aspects de la vie d’une personne. Les chercheurs et les thérapeutes s’engagent donc à améliorer les techniques d’intervention proposées lors du conseil afin de définir ce qui est normal, c’est-à-dire par anormal tout ce qui cause des dommages.