Phase de défi : un terrain de jeu d’émotions entre l’enfant et ses parents

Un nouveau guide pour les parents est en train de conquérir les listes de best-sellers. Dans « L’enfant le plus désiré de tous les temps me rend fou », les auteurs Danielle Graf et Katja Seide expliquent comment les parents peuvent traverser une période de défi de manière détendue. Danielle Graf a parlé des crises de colère, des limites du cerveau de l’enfant et du doute maternel. Dans la période de défi, l’éducation est mise à rude épreuve. Quelles pires erreurs peut-on commettre maintenant ?

La phase de défi s’apparente à un terrain de jeu d’émotions

Dans la vie, certains parents restent durs dans des situations où ils devraient en fait réconforter leurs enfants. Parce qu’ils ont peur que leurs enfants ne poursuivent une stratégie de chute et de rage, s’ils cèdent ne serait-ce qu’une fois, pour toujours et à jamais. D’autres parents ont tellement peur de perdre leur place dans le cœur de leurs enfants qu’ils ne se mettent jamais en opposition à ses souhaits. Les deux cas s’avèrent défavorables pour l’éducation et le développement de l’enfant.

Alors, comment faire pour bien agir ? Dans la vie, un enfant a toujours besoin des deux : la compréhension et la compassion de son père et de sa mère, même s’il se comporte de manière inconvenante. Mais il a aussi besoin que sa mère et son père osent affirmer leurs propres besoins, et qu’ils assument leurs responsabilités en face, même si cela signifie que l’enfant les trouve idiots à court terme.

Pourquoi la période de provocation occupe-t-elle une place importante ? Dans le passé, les experts ont déclaré que cette période s’avérait importante parce que les enfants doivent se séparer un peu de son père et de sa mère. La phase de défi correspond plutôt à un terrain de jeu naturel pour expérimenter et apprendre à contrôler toutes sortes d’émotions en toute sécurité. En revanche, on a éduqué les adultes pour contrôler la colère et l’agressivité.

Est-ce si mal ? Certainement pas, mais, on pourrait aussi perdre le contrôle. C’est pourquoi aujourd’hui, en tant qu’adulte, on explose parfois pour des choses futiles. En revanche, les gens autorisés à expérimenter toute émotion sans craindre de perdre l’amour dans l’enfance apprennent à vraiment les contrôler.

Ne serait-il pas plus facile d’éduquer nos enfants comme dans le passé ? Non, ce serait certainement plus facile. Parfois, on aimerait que ses enfants obéissent sans râler. Ce n’est pas parce que l’on est l’adulte et que l’on sait mieux. C’est assez épuisant de devoir entrer dans un discours ouvert avec un enfant de bas âge, parce qu’il pense que tout ce dont il a besoin pour une promenade est un mince cardigan.

Pourtant, vous continuez à discuter ? Oui, parce que l’on souhaite que ses enfants aient le courage d’exprimer leurs opinions et leurs souhaits, de résister aux pressions du groupe ou à l’âge adulte, d’affronter avec confiance les figures d’autorité. Cela joue un rôle important dans le plein épanouissement et le bon développement des enfants. Cela ne fonctionne que si l’on ne leur apprend pas à dire oui à tout en premier lieu. En outre, lorsqu’on parle avec ses enfants, on constate souvent qu’ils possèdent en tête les meilleurs arguments.

Les innocents ne sont pas des tyrans

Que conseille l’auteur à chaque mère, lorsque sa progéniture la rendra à nouveau folle ? Souvenez-vous tout simplement des limites que le cerveau de l’enfant a encore. Vous pourriez alors être plus détendu au lieu de vous mettre en pleine crise de colère.

Un couple de parents a demandé conseil une fois. Ce père et cette mère étaient désespérés parce que leur fille de 18 mois avait toujours envie de pousser le landau de sa poupée en plein milieu d’une promenade. Bien que la mère et le père aient demandé en détail au préalable à l’enfant si elle voulait vraiment l’emporter avec elle, à un moment donné, l’enfant n’en avait plus envie et préférait être portée. Mais sa mère et son père ne voulaient pas cela, car l’enfant doit apprendre que ses décisions ont des conséquences, d’après eux.

Lorsque l’auteur a dit à ces parents qu’un si jeune enfant ne pouvait pas encore suivre toute une promenade, cela les a beaucoup surpris. En outre, un enfant de cet âge ne comprend pas encore que la voiture disparaîtrait pour toujours si elle la laissait là. Il s’attendait à ce qu’elle soit magiquement de retour dans sa chambre le lendemain. Mais un enfant de cet âge peut très bien reconnaître quand il est fatigué et a besoin d’une pause dans les bras de son père et de sa mère. Lorsque les parents réalisent que le comportement des leurs enfants n’est pas tyrannique, ils ne deviennent pas eux-mêmes des provocateurs.