Qu’est-ce que le développement cognitif ?

Il est important pour tout professionnel d’apprendre dès le plus jeune âge que chaque personne a son développement cognitif. En d’autres termes, chaque personne a son propre ensemble de normes pour la saisie et le traitement des informations qu’elle reçoit. C’est pourquoi il est si difficile de traiter avec les gens, que ce soit avec la famille à la maison, à l’école, à l’université ou au travail.

Aujourd’hui, on parle beaucoup de la question de la diversité, de l’importance de stimuler la coexistence entre les personnes de différents groupes ethniques, âges, sexes, orientations sexuelles, entre autres aspects. Mais on parle peu de la diversité cognitive, qui est aussi plus importante.

Dans le monde de l’entreprise, les sociétés qui s’en rendent compte et qui constituent des équipes multidisciplinaires, avec des professionnels d’horizons différents, obtiennent généralement certains avantages. Après tout, ils ne se limitent pas à une seule façon de voir les choses. Ainsi, lorsqu’un problème se pose, il est analysé sous plusieurs angles, ce qui augmente la gamme des approches possibles. Il en résulte une plus grande efficacité dans la résolution du problème et la création d’une culture organisationnelle naturellement orientée vers l’innovation.

Cela vous semble-t-il logique ?

Mais tout profil cognitif est-il le bienvenu pour suivre cette idée et hisser le drapeau de la diversité cognitive ? La cognition englobe les processus mentaux qui aboutissent aux modèles de comportement d’une personne. Et bien sûr, tous ces comportements ne sont pas souhaitables. Ici, des pratiques telles que le coaching et la thérapie cognitive entrent en jeu, cherchant à stimuler un changement actif dans les pensées d’une personne.

L’objectif est de travailler sur le profil cognitif de l’individu en vue d’une transformation positive. Il est important de préciser que l’accent doit toujours être mis sur la qualité de vie et le bien-être de la personne. L’amélioration de la productivité et de la motivation ainsi que des résultats de l’entreprise en sont la conséquence. Vous voulez tout savoir sur la cognition et le développement cognitif ?

Qu’est-ce que le développement cognitif ?

Le développement cognitif est la branche de la psychologie qui étudie la cognition des êtres humains. Ce domaine cherche à comprendre la façon dont les gens perçoivent, apprennent, mémorisent et représentent certaines informations et comment ces modèles influencent leur comportement. C’est de la cognition. Le concept part de la reconnaissance du fait que personne ne peut saisir la réalité dans son essence. Il suffit d’avoir une interprétation des faits et des informations dont vous avez pris conscience et, à partir de là, de raisonner et de construire votre compréhension de ce qui se passe autour de vous.

Cette construction se fait à travers divers processus cognitifs, tels que la perception, l’attention, la mémoire, la pensée, le langage et l’apprentissage (nous parlerons plus tard de ces processus). Comme le souligne l’ouverture de cet article, les gens n’ont pas tous le même profil cognitif. Mais les grands chercheurs de la psychologie cognitive étudient l’essence des processus cognitifs humains, c’est-à-dire les schémas qui nous sont communs à tous. C’est le point de départ pour analyser le développement cognitif individuel, à la recherche de modèles qui peuvent être transformés pour le mieux. C’est ce qui se passe avec la thérapie cognitive, dont nous parlerons plus tard.

En bref, la psychologie cognitive cherche à construire un récit (reposant sur des bases scientifiques) sur la manière dont les processus cognitifs influencent le comportement et la vision du monde des gens. Ce macro récit est confronté, soit dans un processus de coaching, soit dans des séances de thérapie, à la réalité observée par le client/patient.

L’objectif ultime est toujours l’évolution, la promotion des changements qui peuvent améliorer la façon dont une personne interagit avec l’environnement qui l’entoure. En d’autres termes, le développement cognitif est recherché, ce qui fait l’objet du prochain sujet.

Qu’est-ce que le développement cognitif ? Qu’en est-il de l’apprentissage cognitif ?

Nous avons vu que la cognition est la façon dont une personne absorbe et traite les connaissances, n’est-ce pas ? En quoi consiste donc le développement cognitif ?

« Le développement cognitif peut être compris comme un processus par lequel les individus acquièrent des connaissances sur le monde tout au long de leur vie ». Ce processus d’acquisition de connaissances va toutefois bien au-delà de la prise de contact avec de nouvelles informations et de leur stockage. Par exemple, « ventana » est le mot espagnol pour fenêtre. S’il s’agit d’une nouvelle information, cela signifie que vous venez d’acquérir des connaissances. Ce qui se passe, c’est que le développement cognitif englobe plus que cela. Elle concerne les changements de comportement qui se produisent en raison des expériences vécues par une personne.

Le profil cognitif peut donc être modifié. Et, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, cela peut aussi se produire après l’âge adulte. En fait, nous sommes en constante évolution, même si c’est parfois difficile à dire. Paradoxalement, ce processus de développement cognitif se fait en tenant compte des anciens schémas cognitifs, en plus des nouvelles informations. Après la quatrième étape du développement cognitif, ce qui se produit, selon l’auteur, c’est l’amélioration des phases précédentes.

Que sont les mots cognitifs ?

James W. Pennebaker est un psychologue social américain dont les recherches portent sur la manière dont le langage quotidien des gens interfère avec leur personnalité et les processus fondamentaux de la sociabilité. Au milieu des années 1990, il a créé, avec des collègues, le Linguistic Inquiry and Word Count (LIWC), un logiciel d’analyse de texte. L’idée du LIWC est d’aider à comprendre comment les mots que nous utilisons dans notre vie quotidienne révèlent nos pensées, nos sentiments, notre personnalité et notre motivation. Le tout basé sur des années de recherche scientifique.

L’objectif initial du programme était de découvrir la relation entre ces termes et l’amélioration de la santé des patients. Le logiciel classifie les mots en plusieurs catégories, les principales étant les suivantes : 

En appliquant le programme à des groupes témoins encouragés à écrire, et en utilisant d’autres méthodologies de psychologie sociale, Pennebaker a tiré plusieurs conclusions. À la surprise des chercheurs, l’évolution de l’utilisation de mots à connotation émotionnelle n’a eu aucune corrélation avec l’amélioration de la santé des patients.

L’utilisation de mots cognitifs oui, comme l’explique Ruth Folit dans un article du Life Journal (traduction libre) : « Le plus grand indicateur d’amélioration de la santé était l’utilisation de mots cognitifs – c’est-à-dire que les personnes qui ont montré une augmentation générale de l’utilisation de mots familiers et de la perspicacité ont amélioré leur santé. Il n’est pas nouveau dans la science que l’état mental d’une personne ait une grande influence sur le rétablissement de diverses conditions, même celles qui, au début, n’ont pas d’origine psychologique.

Les mécanismes qui se cachent derrière cela ne sont toutefois pas encore entièrement connus. Il est donc difficile d’avoir une interprétation concluante des études de Pennebaker sur les mots cognitifs. D’autre part, il est indéniable que la transformation des schémas d’écriture fait partie d’un processus de développement cognitif. Sur la base de ces informations, pourquoi ne pas commencer à prêter davantage attention au type de mots que nous utilisons dans notre vie quotidienne ?

Théorie cognitive

Outre Piaget, ils forment la classe de la théorie cognitive Henri Wallon eLev Vygotsky. Ce courant de pensée est apparu entre les années 1950 et 1960, en opposition au behaviorisme. Les théoriciens du comportementalisme estiment que l’apprentissage se produit lorsque les individus sont exposés à des situations de stimulation et de réaction, ce qui génère un conditionnement qui développe leur intelligence.

La théorie cognitive est apparue après la proposition d’étudier l’impact des actions de l’individu sur le processus d’apprentissage, en cherchant à mieux comprendre les structures mentales qui aboutissent au développement cognitif. La grande contribution de Piaget a été de décrire les étapes du développement de l’enfant. Le philosophe, médecin, psychologue et homme politique français Henri Wallon, à son tour, a considéré le développement cognitif comme un processus qui reçoit une grande influence de l’interaction sociale à laquelle l’individu est soumis.

Pour lui, qui cherche à comprendre le sujet dans ses dimensions biologiques, affectives, sociales et intellectuelles, l’environnement social joue un rôle fondamental. Le Biélorusse Lev Vygotsky, à son tour, a fait valoir que l’être humain acquiert ses connaissances grâce à son interaction avec l’environnement. Le cerveau, selon lui, apprend lorsqu’il est en contact avec d’autres expériences. Chacun des trois théoriciens que nous citons ici a contribué d’une manière ou d’une autre à la psychologie cognitive.

Même si certaines de leurs idées sont aujourd’hui remises en question ou repaginées, il est un fait qu’elles ont contribué à mieux comprendre comment les gens apprennent et se développent.

Que sont les processus cognitifs ?

L’une des définitions du mot « processus », selon le dictionnaire Michaelis, est « méthode employée pour faire quelque chose ; manière, procédure ». En sachant cela et en résumant le concept de cognition – la façon dont les gens perçoivent, apprennent, se souviennent et représentent certaines informations qu’est-ce que le processus cognitif ? C’est chacune de ces actions que nous venons de mentionner : perception, apprentissage, souvenir et représentation de la pensée, entre autres.

Lorsqu’un individu tombe sur une information, il se passe beaucoup de choses. Il en prend conscience, y réfléchit et le stocke (pour s’en souvenir un jour), par exemple. Lorsqu’il s’agit de traiter des informations, c’est tout. Il ne passe pas par une oreille et ne sort pas par une autre, mais il est transformé par le cerveau en quelque chose qui aura un impact sur le développement cognitif de la personne. Si l’information est « traitée », les mécanismes qui la sous-tendent ne peuvent être que de tels processus cognitifs.

C’est à partir de cet ensemble de processus qu’une personne construit sa compréhension du monde. Et il convient de mentionner que c’est précisément cette caractéristique qui nous différencie des autres animaux. Contrairement à eux, nous avons la capacité de réfléchir sur les choses dont nous sommes témoins, que nous écoutons ou que nous vivons.

En fait, on sait aujourd’hui que d’autres animaux sont plus intelligents que nous le pensions et qu’ils ont des processus cognitifs qui fonctionnent avec une logique similaire à la nôtre. Mais chez l’homme, le traitement de l’information et l’apprentissage sont beaucoup plus rapides. Cela nous ramène à ce que Piaget a dit : selon sa théorie du développement cognitif, notre intelligence sert à accélérer notre adaptation à l’environnement dans lequel nous vivons. Cela permet d’expliquer pourquoi notre espèce est présente dans tous les coins du monde, dans les conditions les plus extrêmes.

Notre cognition permet également l’adaptation de l’environnement lui-même, afin que ses conditions soient plus adaptées à notre bien-être. Mais c’est un sujet pour un autre texte. Il est maintenant temps d’en savoir un peu plus sur les principaux processus cognitifs que nous connaissons.

Perception

La perception est le processus cognitif qui rend les autres possibles. Sans la capacité de percevoir l’information, celle-ci serait inutile et ne donnerait lieu à aucun apprentissage. Il est important de souligner que l’information peut être perçue à partir de nos cinq sens :

Perception visuelle

Nous ne voyons que des informations. La vision est peut-être le sens qui génère le plus d’informations à interpréter dans notre vie quotidienne.

Perception auditive

Il génère également chaque jour de nombreuses informations à partir des sons. Regardez bien : l’information sonore va bien au-delà des mots prononcés par une autre personne. Une corne, le chant d’un oiseau ou le tonnerre, par exemple, sont également des informations qui seront traitées.

Perception tactile

La peau est un organe très sensible, capable de percevoir beaucoup d’informations à partir de la pression, des vibrations et d’autres types de sensations tactiles.

Si vous marchez et que vous sentez une goutte vous tomber sur le bras, il s’agit d’une perception tactile qui pourrait laisser penser qu’une pluie est en train de se déclencher, par exemple.

sensations organisationnelles et de neurosciences.

En plus des concepts de philosophie, l’enseignement de la gestion (entreprise, processus et pratiques de leadership, et ressources humaines). Le processus conduit la personne coachée à de nouvelles compréhensions, créant de nouveaux comportements, plus sains et en accord avec ses objectifs. Le résultat pratique est une plus grande capacité à développer vos réalisations et vos accomplissements personnels et professionnels.

Que sont les troubles cognitifs et comportementaux ?

Tout au long de sa vie, une personne peut souffrir d’un trouble ou d’une perturbation de ses fonctions cognitives et comportementales. La plus fréquente est la perte de mémoire, fréquente chez les personnes âgées. Vous voyez, nous ne parlons pas de défaillances sporadiques, la blancheur qui se produit lorsque nous ne pouvons pas nous souvenir d’une simple information. Ce genre d’événement est normal. Il y a des cas où des informations importantes, inhabituelles à oublier, commencent à se perdre. Lorsque cela devient récurrent, il est conseillé de demander une aide médicale. La perte de mémoire n’est pas le seul trouble cognitif qui peut frapper une personne.

Il est également possible de développer des difficultés d’attention, de langage, de perception sensorielle et de rapidité de traitement de l’information. Lorsque vous remarquez des symptômes de ces problèmes qui commencent à vous inquiéter, il est conseillé de consulter un médecin. N’oubliez pas que le processus de coaching est formidable, mais qu’il sert à améliorer les fonctions cognitives, et pas toujours à traiter les troubles.

À partir du diagnostic, il est possible d’envisager des traitements alternatifs. Comme dans l’exemple que nous avons présenté précédemment sur le déficit d’attention. Dans ce cas, le traitement médicamenteux n’est pas forcément la meilleure option, car il peut générer un conditionnement nocif. Dans les cas qui ne sont pas cliniques, n’hésitez pas à essayer le coaching et à découvrir d’excellents moyens de transformer les schémas cognitifs pour avoir une plus grande satisfaction dans votre vie.