Relations abusives : comment un psychologue peut-il vous aider ?

Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Comment le psychologue pourrait aider une victime d’une relation abusive ? Et comment un psychologue ou une thérapie de couple peut-il aider dans cette situation ?

Ce type de connexion est défini par les rapports de force. Fondamentalement, les personnes qui sont liées à ce type de relation vivent ensemble et entretiennent une supposée affinité. En même temps, ils vivent une condition de pouvoir et de soumission à une autre.

Ils comprennent ainsi que leurs conjoints ont le droit de contrôle et de domination sur eux-mêmes. Selon les psychologues, il y a des cas où l’agresseur insistera sur le fait qu’un tel comportement est « normal ». L’agresseur naturalise ainsi l’idée que l’assujettissement d’une autre personne sera pour son propre « bien ».

Cette naturalisation n’est pas seulement convaincue par l’agresseur, parfois par la victime elle-même et souvent aussi par les personnes qui l’entourent. Dans cet article, vous verrez comment une relation abusive peut être perçue, quelles sont ses conséquences.

1. Reconnaître une relation abusive

Il n’est pas facile de définir les paramètres d’une relation abusive. La violence physique n’est pas la seule forme d’agression. En psychologie, il existe de nombreuses formes d’abus qui se reproduisent.

Une relation abusive rend la personne isolée, effrayée, déprimée et avec des syndromes de peur et de phobie. Un abus n’est pas nécessairement lié ou limité à un seul sexe, qui peut être pratiqué par un homme ou une femme.

Au sens le plus étroit, la relation abusive se forme lorsque l’une des parties est empêchée de réagir sur un pied d’égalité face à l’agression et à l’intimidation. C’est ainsi que l’on caractérise l’abus lorsqu’une personne utilise sa position de pouvoir pour contrôler l’autre.

Il y a abus lorsque cette personne profite de la fragilité et de la vulnérabilité financière, physique et émotionnelle d’une autre personne. Cependant, l’abus n’est pas si évident car, comme il est parfois subjectif, il ne se nourrit pas nécessairement de coups de poing ou de cris. Souvent, un processus systématique de disqualification, de manipulation et de chantage est simplement mis en route.

La relation abusive rend une personne incapable d’agir, de réagir ou de décider par elle-même. Lisez également Comment maintenir votre relation saine.

2. Conséquences de la relation abusive

Dans presque tous les cas, les abus laissent des cicatrices profondes sur la personne. L’un des pires aspects abusifs est qu’elles sapent les ressources et les formes de réaction, rendant la personne otage de la peur.

La personne perd le sens des réalités, se sentant coupable de la situation. Par conséquent, elle peut ne pas se rendre compte de sa situation. C’est pourquoi vous devez être conscient des signes qui indiquent que vous êtes dans une relation violente.

3. Comment la victime d’une relation violente se voit-elle dans la relation ?

Vous connaissez ou avez probablement rencontré une personne qui a vécu une relation violente.Le pouvoir sont inhérentes aux structures sociales fondées sur la domination et la violence des sexes. Toute personne peut être violente ou maltraitée, quelle que soit son orientation sexuelle, sa couleur ou sa classe sociale.

La victime d’une relation abusive est le point le plus sensible pour interrompre de telles abusions. En effet, elle est isolée et blâmée pour la situation, que ce soit par ses amis et sa famille ou par elle-même. Mettre fin à la culpabilité que la personne ressent est essentiel pour qu’elle soit libérée de ce lien néfaste.

Par conséquent, pour s’aider (et s’aider soi-même), il est nécessaire de comprendre comment une relation abusive se voit. En comprenant les situations dans lesquelles elle se trouve, la façon dont elle pense et réagit, nous pouvons réellement l’aider.

4. Comment penser et se sentir victime d’une relation abusive ?

Ces sentiments sont établis lorsque la personne perçoit la relation abusive. Ils se méfient d’eux-mêmes et de leur propre santé mentale, manifestant ainsi leur peur. L’incertitude et la crainte qu’elle ne soit pas prise au sérieux par les autres, même proches d’elle, sont une autre raison de méfiance.

Si elle est menacée par son conjoint, ou par ses amis et sa famille, la cible d’une relation abusive ne cherchera guère à obtenir de l’aide, ni même à se sortir de cette situation, ce qui lui rendra difficile l’obtention d’un pouvoir.

Le facteur culturel a une influence considérable sur les deux. Selon les codes sociaux établis, les abus sont désormais considérés comme normaux, puisque l’environnement extérieur reproduit constamment ces situations. Cette naturalisation est due à la romantisation de comportements négatifs, tels que la jalousie excessive et les conflits de pouvoir au sein de la relation.

Il est très difficile de révéler ce qui se passe dans la vie privée, principalement par crainte de jugements extérieurs. Et la situation s’aggrave lorsque la cible d’une relation abusive est du même sexe que le conjoint, en raison de préjugés sociaux. L’exposition génère un énorme malaise mentale à se connaître et à admettre que l’on se trouve dans une relation abusive.

Parfois, ce sentiment renforce la culpabilité que ressent la cible d’une relation abusive, augmentant encore la dépendance et le lien avec la relation abusive.

Les expositions abusives sont également fondées sur des questions économiques, la dépendance émotionnelle (absence de famille ou grossesse), en raison d’une maladie ou d’un handicap. La cible est prise par un sentiment d’impuissance qui tend à s’accroître en l’absence d’intervention.

Se blâmer ou se sentir coupable au cours d’une relation violente est non seulement courant, mais c’est aussi l’une des principales causes de l’attachement croissant de la proie à l’agresseur.

La permanence dans l’exposition est donnée par l’espoir qu’un jour vous pourrez mettre fin à la violence en changeant votre propre comportement. C’est le résultat de la destruction de l’estime de soi de ceux qui subissent les abus. La personne se sent responsable de la violence qu’elle subit en ayant une très faible estime d’elle-même, ce qui la rend vulnérable.

5. Comment reconnaître une relation abusive ?

La plupart des gens, généralement lorsqu’ils prennent connaissance d’un cas de violence dans un couple, ont pour première attitude de juger la situation avec préjugés et, dans de nombreux cas, de tenir la victime pour responsable.

En outre, de nombreuses romanisations d’attitudes néfastes (jalousie excessive, non partage des tâches ménagères, contrôle de la façon dont l’autre s’habille, etc.

Une autre difficulté majeure est que la société n’admet une relation de violence que lorsqu’elle est attestée par un conflit physique. La violence psychologique est aussi grave que la violence physique. Cependant, il est ignoré et souvent considéré comme un signe de « faiblesse » de la victime d’une relation abusive, ce qui rend sa reconnaissance difficile.

Les signes les plus courants pour reconnaître le comportement d’un agresseur sont : les réactions violentes de jalousie, le chantage émotionnel, la manipulation psychologique, les contraintes, la possessivité et le contrôle, le comportement agressif, la violence sexuelle, la dévalorisation, le manque de respect envers les autres, les jeux de pouvoir et, bien sûr, les cas d’agression physique.

6. Cochez 6 signes indiquant qu’une personne peut être victime d’une relation abusive

La peur est un signe facile à identifier dans une relation abusive. Cela peut sembler évident lorsque la personne démontre qu’elle est très tendue en présence de son partenaire. Mais dans d’autres cas, la peur est également très subtile et peut se manifester de manière à « satisfaire » les excès en plaisant à l’autre.

Contrôle excessif sur tout ce que fait la cible, l’obligeant à donner une satisfaction constante. Dans certains cas, ce contrôle peut s’étendre à d’autres domaines personnels tels que les finances, le mode de vie, les vêtements, etc.

Le processus abusif fait un grand siège de culpabilité autour de la victime. C’est même l’un des éléments les plus puissants qui fait que la cible reste dans la relation et que l’agresseur a un contrôle sur elle.

Dans les expositions abusives, le sentiment de culpabilité est presque permanent et constant. La personne se sent incapable de défendre les choses qu’elle pense et dit à cause des critiques qu’elle reçoit constamment. En fait, c’est comme si l’autre personne avait raison, étant le critère qui sanctionnera ce qui est bien ou mal, ce qui amène la proie à se sentir toujours dans l’erreur.

La menace et la coercition sont toujours présentes dans une relation abusive. Dans cette exposition, l’agresseur va forcer l’autre à faire ce qu’il ne veut pas ou ne voudrait pas faire. La menace peut se manifester par une agression physique directe, ou par des menaces verbales et subtiles.

L’agresseur est très clair sur la personne qui détient le pouvoir sur l’autre. S’il s’agit de dépendance économique, ses menaces se concentreront sur ce point. S’il s’agit de la peur, l’agression physique sera au centre des préoccupations, et ainsi de suite. Le pouvoir peut régulièrement humilier, embarrasser, devant d’autres personnes.

L’agresseur est indifférent à son individualité. Il n’accorde généralement pas d’importance à ses commentaires ou à ses besoins.

Ces 6 signes s’adressent à ceux qui vivent des situations de maltraitance, qui peuvent les identifier, en essayant de prendre les précautions nécessaires avant que ce cycle destructeur ne soit plus douloureux.

En fait, tôt ou tard, la situation deviendra insupportable, même si certaines personnes pensent qu’elles pourraient s’y habituer avec le temps, mais la réalité et l’expérience des cabinets de psychologie montrent que ce n’est pas le cas.

8. Comment un psychologue peut-il aider dans cette situation ?

Parmi les conséquences les plus courantes d’une relation abusive, on trouve l’anxiété et la dépression. D’une certaine manière, la violence psychologique peut être plus préjudiciable que la violence physique, car elle finit par désintégrer lentement l’individualité et la valeur personnelle de chacun, créant des cicatrices psychologiques qui durent toute la vie.

Il est très complexe d’intervenir dans une relation abusive. C’est parce qu’il est très difficile pour la victime de se reconnaître dans l’un d’eux. La culpabilité et la peur sont les principales raisons de cette perception déformée de la réalité. Et si reconnaître la relation toxique est difficile, la libérer devient presque impossible.

Il est très important que le professionnel ait accès aux détails pour aider les victimes et puisse ainsi agir en cas de besoin. Dans une relation abusive, la victime sera aidée à rétablir la manière de réparer son estime de soi.

Rompre la séquence du processus permettra à la victime de se libérer des liens conditionnants de son état émotionnel, de pouvoir reconstruire ses liens sociaux et de reprendre le cours naturel des choses. Le tableau étant très délicat, l’aide d’un psychologue est essentielle pour surmonter ce traumatisme.