Risques psychosociaux au travail : quelles sont les démarches de prévention à entreprendre ?

santé au travail

Les risques psychosociaux ou RPS sont des éléments qui impactent la santé physique et mentale des salariés. Les formes les plus communes sont le stress et le burnout. Ce sont des problèmes qui provoquent des pathologies telles que la dépression, ou encore des maladies psychosomatiques qui nuisent fortement à l’efficacité du travailleur. La santé au travail doit être une priorité, elle permet de constituer un environnement sain et favorable au bon développement de l’entreprise. Aujourd’hui, la meilleure solution pour maintenir un bon niveau de performance pour l’entreprise est de prévenir ces risques au travail. Avant de prendre les mesures nécessaires pour contrer les dangers des RPS, il faut d’abord en connaître les origines afin de mettre en place un plan d’action efficace et adapté au problème.

Identifier les causes pour éliminer le danger

Une démarche de prévention des risques psychosociaux au travail requiert une identification des causes qui sont notamment très nombreuses. Parmi les plus énumérées, de mauvaises conditions de vie au travail sont souvent sources de fatigue et de stress pour les employés. De plus, une mauvaise organisation du travail provoque une pression insoutenable chez les employés. Une mal-répartition des tâches entre les collaborateurs peut être alors une cause de frustration. Une politique de gestion peu claire ainsi que des objectifs mal définis peuvent rapidement être sources d’incompréhension et de mal-être pour le travailleur qui finit par être désorienté. Le contenu du travail lui-même est également à l’origine des RPS, des activités qui sont en deçà ou au-delà des capacités du travailleur peuvent le perturber. Les origines peuvent parfois être minimes et pourtant les conséquences sont déplorables. Par ailleurs, autre que ces deux premiers points, la violence est l’une des causes les plus dangereuses des risques au travail. Cette dernière, qu’elle soit physique ou simplement verbale, influe sur le moral du travailleur. Le harcèlement moral ou encore sexuel porte atteinte à la personnalité et à l’intégrité psychique de l’employé. Une personne épuisée moralement ne sera plus apte à travailler correctement.

Réaliser un diagnostic et mettre en place des mesures adaptées pour réduire les risques

Lorsque la source a été mise en évidence, il est important de faire une analyse approfondie de la situation. À titre d’exemple, la direction a détecté un problème concernant les conditions de vie au sein de sa structure. En menant une étude en profondeur, il s’avère qu’il s’agissait en réalité d’un problème de chauffage qui fonctionne mal et qui impacte directement sur la santé au travail des salariés. La mise en place d’un plan d’action doit être réalisée en prenant en compte les détails de chaque difficulté. Toute la complexité de la démarche de prévention contre les RPS repose sur un diagnostic détaillant la situation telle qu’elle est. La réalisation d’un diagnostic peut parfois être difficile, en fonction de la gravité des risques encourus par l’entreprise. Une ambiance de travail déjà dégradée entre les employés et les employeurs peut constituer un frein important à la description du dysfonctionnement. Dans ce genre de cas, faire appel à une ressource extérieure peut se révéler utile. Elle apportera un regard extérieur pour un constat reflétant la véritable santé de l’entreprise.

Promouvoir l’engagement de tout un chacun en limitant les dommages causés

Lorsque le véritable diagnostic est établi, et que les dysfonctionnements ont été finement étudiés, l’entreprise peut commencer par cibler les acteurs qui devront s’impliquer dans les mesures à adopter. Qui, quoi, quand, comment, combien et où, l’hexamètre de Quintilien permettra de réaliser une stratégie détaillée et adaptée à chaque trouble identifié. La prévention des risques professionnels repose sur l’application d’un plan d’action finement réalisé. Cependant, pour qu’une telle démarche visant à améliorer la sécurité et les conditions de travail soit efficace à l’entreprise, il est important que chaque acteur soit pleinement engagé dans la cause. L’implication des représentants du personnel est fortement recommandée pour préserver le droit, la santé et la sécurité des travailleurs contre les risques au travail. De leur côté, les employeurs se doivent d’être engagés dans les besoins de leurs employés. En cas de fatigue apparente d’un employé, ils se doivent de lui octroyer des heures, voire des jours de repos. En cas de situation imminente de risques professionnels, il est important d’agir dans l’immédiat pour limiter les dommages.

Soigner autant que possible le relationnel

Prévenir les risques au travail, c’est entreprendre en priorité le management des risques d’une entreprise. L’identification des origines et l’établissement d’un diagnostic sont effectués en amont. En aval, le suivi rigoureux d’un plan d’action doit être réalisé. Toutefois, tout au long de la démarche de prévention, il est primordial de soigner les relations au travail. La performance de la société repose essentiellement sur la qualité du travail rendu par ses employés. Une étude a révélé que les risques psychosociaux coûteraient jusqu’à 4 % du PIB. En 2013, en Europe, les conséquences financières des dépressions au travail sont estimées à 600 milliards d’euros environ. C’est un montant bien cher payé pour des risques qui peuvent être maîtrisés grâce à l’établissement d’un bon climat social. Plusieurs facteurs sont pris en considération dans la lutte contre les RPS, et un bon relationnel constitue un excellent moyen pour maintenir un bon environnement de travail. La cohésion de groupe ainsi que les échanges entre les employés et les employeurs garantissent une bonne ambiance de travail. Soigner le relationnel a pour avantage de renforcer la résistance des travailleurs face aux nombreux risques professionnels auxquels ils sont constamment exposés.