La différence entre découragement ou dépression

Vous vous sentez découragé ? Qu’il s’agisse simplement de « se lever du pied gauche » ou de passer une mauvaise semaine au travail, il existe d’innombrables situations qui peuvent déclencher une crise de découragement. Certains psychologues pensent que le découragement est souvent confondu avec la dépression, mais qu’il mérite quand même de l’attention. La dépression est différente de la tristesse ou de la déprime : il s’agit d’une maladie pouvant résulter entre autres d’événements majeurs comme la perte d’un être cher, un divorce, la perte d’un emploi, le manque de confiance en soi ou encore certains traitements médicaux. Elle peut également être d’origine génétique et touche surtout les adultes, bien que les enfants et les adolescents puissent en être affectés.

Problèmes liés au découragement

En se sentant découragé, l’individu perd toute perspective, ou bien elle se déforme, la pensée va de plus en plus loin, mettant l’accent sur toutes les choses qui le laissent mécontent, piégé psychologiquement. Ignorer un état de découragement peut être très dommageable, et entraîner des problèmes tels que de mauvaises performances professionnelles ou des relations compromises. Lorsque vous êtes déprimé à cause du découragement, vous devez réévaluer votre vie dans son ensemble et vous demander comment votre temps est utilisé et ce qui est fait pour nourrir votre estime de soi. Même lorsque nous sommes découragés, la tendance à adopter des attitudes positives et saines à l’égard de notre psychologie est encore plus faible, une boule de neige de découragement. Cela dit, l’une des premières étapes pour se sentir mieux est de chercher à obtenir le soutien de bons amis et de sa famille. Ils peuvent vous aider à fournir une validation importante de vos pensées sur vous-même. La gaieté, ou la motivation, est le processus qui contrôle et maintient en ligne les différents comportements humains. Nourrir, faire de l’exercice, étudier et poursuivre un but dans la vie, tout cela nécessite des encouragements. Tout le monde traverse de temps en temps des moments de découragement. Qui n’a jamais fait face à la couverture du livre sans avoir le courage de l’ouvrir pour étudier, de passer loin de la cuisine pour ne pas avoir à laver la pile de vaisselle, ou de sauter la journée à la salle de sport parce que, pour une raison quelconque, il ne se sent pas bien – tout cela et bien d’autres choses encore sont des signes de découragement. Pour certaines personnes, les problèmes motivés par le manque d’encouragement peuvent avoir un impact négatif sur la vie académique, personnelle et professionnelle. Les mauvaises notes, les amitiés brisées ou le licenciement pour manque de proactivité sont les conséquences réelles du découragement, observées par de nombreux psychologues. Découvrir la cause profonde du découragement est la première étape pour apprendre à reprendre des comportements sains.

Connaître les raisons les plus courantes pour lesquelles les gens se sentent découragés :

1. Dépression

Sachez que la dépression n’est pas liée à une faiblesse de caractère et ne relève pas de la fatalité. C’est une véritable maladie, qui peut toucher tout le monde, à tout âge et qui se définie par des symptômes caractéristiques. Elle peut être soignée grâce à une prise en charge par des professionnels et grâce à un traitement adapté. L’un des symptômes les plus courants de la dépression est l’anhédonie, c’est-à-dire le manque d’intérêt pour la réalisation d’activités, en particulier celles qui étaient autrefois agréables. La dépression peut causer de grands dommages à la vie du patient. Cependant, le traitement et le suivi psychologique sont essentiels pour une amélioration positive de l’humeur et de la productivité.

Les symptômes de la dépression sont :

  • Une tristesse intense et durable, avec une humeur dépressive qui dure presque toute la journée et se répète au fil des jours.
  • Une perte d’intérêt pour les activités du quotidien et autre activités autrefois appréciées (hobbies, sexe, etc.)
  • Une fatigue intense(cette fatigue n’est pas améliorée par le repos ou le sommeil).
  • Des changements d’appétit ou de poids, une altération du sommeil : la dépression peut affecter le corps en plus de l’esprit. Ainsi, certaines personnes pourront souffrir d’un manque d’appétit alors que d’autres compenseront en mangeant plus et en prenant du poids. De la même manière, certaines personnes auront du mal à s’endormir pour se réveiller au milieu de la nuit tandis que d’autres auront tendance à dormir de manière excessive ;
  • Des humeurs changeantes : en plus de l’état déprimé, la personne peut être l’objet d’autres changements émotionnels. Comme un sentiment injustifié de culpabilité, un manque de confiance en soi et d’incapacité. Certaines personnes fuiront les situations nécessitant de leur part une prise de responsabilité, de peur de mal faire. Certains peuvent aussi devenir tendus ou irritables. Cette nervosité excessive et ce sentiment d’inutilité s’accompagnent souvent d’idées noires qui peuvent aller jusqu’à des pulsions suicidaires ;
  • Une difficulté à se concentrer :  ces symptômes ont des conséquences sur la concentration et peuvent empêcher d’étudier et de travailler de manière efficace. Dans des cas extrêmes, des tâches anodines peuvent devenir insurmontables, avec une incapacité, par exemple, à aller travailler.

2. La peur de l’échec

Cela s’explique facilement par la tradition sud-asiatique, où les parents élèvent leurs enfants en exigeant des attitudes perfectionnistes. Cette charge extrême finit par amener les enfants et les adolescents à croire que faire des erreurs est considéré comme un « défaut ». En d’autres termes, la peur inhérente à l’échec conduit l’individu à éviter le travail ou toute autre activité. Au lieu de cela, les gens qui ont peur d’échouer pensent qu’il est plus sûr de ne pas avoir d’objectifs que de les avoir, d’essayer de les atteindre et d’échouer.

3. Faible estime de soi

Les personnes ayant une faible estime de soi ont tendance à croire qu’elles ne sont pas capables de réussir, et pratiquent fréquemment l’autosabotage. Ils manquent les délais, tergiversent, assument de multiples responsabilités en sachant qu’il n’est pas possible de les mener à bien ou consacrent un minimum d’efforts aux deux, de sorte que lorsque le projet ou la tâche n’est pas parfaitement réalisé, il y a une excuse à cela – « j’étais impliqué dans d’autres choses ». Détourner la responsabilité personnelle de vos erreurs permet de préserver un sentiment délicat de soi qui accompagne une faible estime de soi.

4. Procrastination

La procrastination se produit pour diverses raisons, dont la surcharge, la dépression, l’anxiété ou la peur de l’échec, entre autres. Lorsque la procrastination devient une habitude, la motivation à poursuivre les objectifs s’éteint.

5. Le stresse

Le stress épuise une part importante de nos capacités cognitives et émotionnelles. Certaines personnes font face au stress en évitant les engagements, ce qui contribue à leur propre découragement psychologique. Le manque de sommeil dû au stress peut également affecter l’humeur.

Comment faire face au découragement ?

Les activités physiques, les pauses fréquentes pour se détendre et conserver nourriture et sommeil afin d’améliorer l’humeur, l’anxiété et le stress. En soulageant ces symptômes, il devient beaucoup plus facile de se sentir à nouveau joyeux. Si vous n’arrivez pas à identifier la raison de votre découragement, ou si vous avez le sentiment d’être trop malmené dans votre vie quotidienne, envisagez de demander l’aide d’un psychologue qui pourra vous aider à trouver la racine du problème, ainsi que vous fournir les outils nécessaires pour le combattre par le biais d’une psychothérapie.