Les diverses catégories de troubles du comportement

Catégories de troubles du comportement

Un trouble comportemental, psychique, psychiatrique ou bien mental, montre l’ensemble des affections qui entraînent des difficultés dans le quotidien d’un individu. Les troubles comportementaux touchent presque toutes les populations. Ces troubles peuvent alors être chroniques ou bien permanent.

Les troubles comportementaux : comment apparaissent-ils ?

La santé mentale, celle qui compose essentiellement la santé, est une sensation de bien-être, un état d’esprit fonctionnant à la normale et répondant de façon appropriée envers le stimulus environnemental. Cela se nomme troubles mentaux quand cette sensation est perturbée par des affections qui sont de type psychiatrique. L’individu sera alors incapable de s’adapter aux situations complexes et douloureuses, et aussi de bien maintenir l’équilibre du psychique. Ces troubles du comportement peuvent se montrer en diverses façons selon les âges. Généralement, c’est entre 15 à 20 ans que les troubles psychiques se manifestent, de manière plus aiguë. Souvent entre 20 à 30 ans, quand un individu entre dans la vie active, il y a un trouble du comportement qui apparaît, et vient bouleverser sa vie. L’apparition de ces troubles peut être plus progressive. Des attitudes qui changent, des propos inappropriés, diverses conséquences peuvent apparaître dans le quotidien. Il peut arriver aussi que le début du trouble du comportement devienne plus brutal, et peut entraîner de grands risques pour la personne et son entourage comme une tentative de suicide, une grande violence, des fugues, une dépression nerveuse

Le trouble de personnalité borderline

La personnalité Borderline ou état limite ou aussi état frontière est une maladie assez complexe. L’appréhension de la maladie est aussi complexe, car c’est assez difficile de savoir si c’est une maladie psychique entière, ou un trouble de la personnalité. Souvent, ce n’est que le début d’une manifestation du trouble psychotique. La personnalité borderline est caractérisée par une instabilité des liaisons interpersonnelles, une grande instabilité émotionnelle, une mauvaise appréciation de l’image du soi, une marque d’impulsivité. Celle-ci se caractérise sous diverses formes comme la sexualité, l’alimentation, les addictions. La personnalité mal organisée reliée aux symptômes entraîne l’agressivité, l’automutilation. L’alternance des périodes pathologiques et de la stabilité est simple et déconcertante. La personne malade est liée à la réalité, mais elle reste inadaptée à la réalité. Les troubles débutent souvent vers l’adolescence pour atteindre à l’âge adulte. Pendant certains épisodes, la gravité des troubles liés à quelques symptômes évoque une pathologie psychotique ou bipolaire. Il est alors facile de penser que cette personne basculera vers une pathologie définie parfaitement, mais l’évolution qui change fréquemment fait rejeter la possibilité. La recherche affective du borderline peut entraîner des problèmes avec l’entourage. C’est la principale caractéristique du trouble du comportement. L’état limite entre ce qui est normal et celui du pathologique reste fatiguant pour le malade et sa famille. C’est l’ensemble des symptômes qui décrit les diagnostics, mais les symptômes restent souvent déroutants. Il faut alors du temps pour confirmer le diagnostic. L’évolution de la pathologie dépendra de ce fait de la participation du malade aux soins et à l’acceptation des troubles du comportement. Les thérapies sont principalement psychothérapiques ou cognitives. Le traitement sera alors très long. Les neuroleptiques seront donc seulement l’appoint pendant les crises aiguës ou pendant le passage d’une forte anxiété, d’une grosse dépression ou d’addiction. La personnalité borderline peut s’intégrer avec d’autres troubles graves du comportement comme une crise d’angoisse, une phobie.

La schizophrénie, un véritable dilemme comportemental

Actuellement, la schizophrénie touche juste 1% de la population mondiale. Ses symptômes se manifestent souvent dès l’adolescence qui se termine ou quand l’âge adulte débute. Ce sont des maladies psychiques très sévères et durables. La schizophrénie est définie comme un fonctionnement anormal de quelques circuits neuronaux dans le cerveau. La maladie n’attaque pas l’âme, ni la volonté, ni la personnalité double. Ces symptômes ne restent pas permanents en même temps, et durant l’évolution de la maladie. Ils sont variables selon la prise de conscience de la personne sur leur présence. La caractéristique est le déni de sa propre maladie par le malade. Le patient affirme profondément le fait qu’il n’est pas du tout malade. Il pense souvent que c’est son entourage qui est malade et non lui. Ce déni rendra alors le traitement bien difficile.

Les troubles bipolaires, un grand souci pour le comportement humain

Les troubles bipolaires présentent en général deux phases bien distinctes, à savoir la phase maniaque et la phase dépressive. Appelé autrefois psychose maniaco-dépressive, ce genre de trouble fait partie des troubles agissant sur l’humeur qui appartient généralement à la dépression récurrente nommée aussi trouble unipolaire. Entre les deux pôles, le malade qui souffre de cette maladie retrouve un état bien normal dans son quotidien. La phase maniaque est définie en étant un épisode d’excitation de genre pathologique. Le malade est hyperactif et euphorique, pas comme d’habitude. Il peut alors présenter plusieurs troubles comme la perte d’inhibition ou l’engagement des dépenses non considérables. La phase dépressive, elle, est en quelque sorte un genre miroir de la phase maniaque. Le malade présente alors des signes de tristesse, et souvent il souhaite mourir. Le premier danger de ces troubles bipolaires est le risque de suicide. Le diagnostic est plutôt long à faire, et beaucoup de dépressifs sont souvent en réalité des bipolaires qui ne connaissent pas leur état. En plus, il existe plusieurs formes de trouble, qui peuvent présenter des symptômes bien atténués, et qui rendront le diagnostic plutôt difficile.

Les Troubles Obsessionnels Compulsifs (ou TOC)

Le Trouble Obsessionnel Compulsif (ou TOC) est le trouble de l’anxiété qui est caractérisé par des obsessions et aussi des compulsions. Le Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC) est défini comme un trouble de l’anxiété. Ces obsessions sont définies comme des pensées ou bien des images qui viennent à répétition et qui sont compliquées à enlever de l’esprit. Les obsessions sont alors dérangeantes, souvent effroyables et désagréables. Ces dernières peuvent engendrer des détresses, de la grande peur. Pour pouvoir réprimer ces obsessions, le malade atteint se sent obligé de faire des gestes à titre répétitif, des rituels qui se nomment aussi compulsions. Ces compulsions sont alors une tentative pour contrôler toutes les obsessions en pratiquant les vérifications. Ces obsessions et ces compulsions peuvent provoquer une grande détresse, un niveau matériel élevé et une perte de temps accrue. Elles peuvent de ce fait, interférer significativement avec les activités quotidiennes de la personne, les fonctionnements professionnels ou les activités sociales quotidiennes. Les rituels qui sont compulsifs peuvent de ce fait occuper des heures par jour. Mais le souci c’est que les compulsions ne peuvent apporter qu’un soulagement plutôt temporaire et la période d’obsession de compulsion va reprendre. Quelques personnes sont alors aux prises avec beaucoup de compulsions difficiles à quitter, pour importe quelle activité à titre professionnelle à exercer. Elles peuvent souvent montrer des symptômes qui les amèneront à s’isoler. Le malade qui souffre alors du TOC peut prendre conscience de toute l’absurdité des pensées et du comportement, mais il ne parviendra pas à s’arrêter facilement. Ces comportements sont alors incontrôlables. Les catégories de troubles comportementaux sont nombreuses, mais les traitements existent aussi donc, il ne faut pas s’en faire, car toutes ces maladies sont guérissables. Sachez aussi que les facteurs extérieurs peuvent fortement influencer le patient et l’aider à avancer donc, il faut que le malade vive paisiblement en dehors de tous les problèmes.